FORGOT YOUR DETAILS?

Faites un don à JFCT

La Fondation Javed Fiyaz avec  Save the Children

PDF en ligne 

jfct

Chaque année, 432 000 enfants de moins de cinq ans meurent au Pakistan, dont plus des deux tiers durant leur premier mois. L’accès aux soins de santé varie considérablement ; le risque de décès des nouveau-nés dans les familles les plus pauvres (63 pour 1 000) est presque le double de celui des enfants nés dans les familles les plus riches (38 pour 1 000).

Les deux tiers de la population vivent en milieu rural où la mortalité néonatale est deux fois plus élevée qu’en zone urbaine. Seul 1 % du budget de l’État était consacré à la santé en 2009, tandis que le système de santé privé du pays reste inaccessible pour la majorité des familles pakistanaises.

Au Pakistan, les infrastructures sanitaires des circonscriptions rurales se composent généralement d’unités sanitaires de base, de dispensaires ruraux et d’un hôpital central. En milieu rural, les effectifs médicaux sont insuffisants et le système d’orientation des patients fonctionne mal : 70 % des naissances ont lieu à domicile car les unités sanitaires de base ferment à 14h et beaucoup manquent de personnel médical qualifié.

Le projet Umerkot Child Survival repose sur trois Conseils communautaires de la province rurale du Sindh dans les sites suivants :


  • Les maladies pouvant être évitées et soignées comme la pneumonie, la tuberculose et le paludisme sont la principale cause de mortalité infantile.
  • Seuls 37 % des nourrissons sont totalement vaccinés.
  • Seules 4 % des femmes enceintes reçoivent des soins prénatals dans un établissement médical.
  • 70 % des naissances ont lieu dans la communauté, avec l'aide d'une accoucheuse non qualifiée.

Calendrier du projet :


  • Première année : avril 2010 - mars 2011
  • Deuxième année : août 2011 - juillet 2012
  • Troisième année: août 2012 - juillet 2013
Le projet a été interrompu entre la première et la deuxième année en raison des inondations dévastatrices qui ont touché des milliers de familles dans la province du Sindh en 2010.

Le projet mené par la Fondation avec l'organisme Save the Children a permis d'aider :


  • 17,330 enfants de moins de cinq ans.
  • 19,048 femmes en âge de procréer.
Grâce au travail de promotion que nous avons réalisé auprès d'elles, nous avions prévu que les autorités locales poursuivraient nos activités, atteignant ainsi un nombre supplémentaire de 203 848 femmes en âge de procréer, 145,606 enfants de moins de cinq ans et 400 aides-soignantes.

Le projet avait pour principal objet de réduire la mortalité infantile de 30 % dans les zones ciblées.


Nous avions prévu d'y parvenir par le biais de trois objectifs :

  • Accroître l'utilisation des services de santé maternelle, néonatale et infantile de 30 %.
  • Améliorer les connaissances des mères et des prestataires de soins primaires concernant les pratiques fondamentales en matière de santé maternelle, néonatale et infantile et les principaux signes de maladies infantiles mortelles.
  • Préconiser l'affectation de personnels de santé clés et la mise à disposition de fournitures et matériels médicaux de première nécessité dans tous les établissements sanitaires publics ciblés à Umerkot.

Au cours de ce projet triennal, des progrès spectaculaires ont été accomplis pour transformer les services de santé d'Umerkot et nous sommes extrêmement satisfaits des résultats :


  • Le projet a directement touché plus de 18 500 enfants, dépassant son objectif.
  • D'après les estimations, nous avons directement aidé plus de 60 000 femmes - un nombre nettement plus élevé que les 19 048 initialement anticipées.
  • Notre évaluation finale montre que des progrès très prometteurs ont été accomplis : les visites prénatales ont augmenté de 19 % ; 46 % des femmes fréquentent désormais les installations du secteur public, contre 16 % dans l'étude de référence ; 89 % des femmes se font vacciner deux fois contre le tétanos, contre 64 % au cours de l'étude de référence ; et le nombre de patients fréquentant les établissements de santé publics dans les zones d'intervention du projet a augmenté de 38 %. Ces progrès devraient avoir un effet durable sur les services de santé et la vie des mères et des enfants de la circonscription.

Samina

Âgé de sept mois, Ameer était atteint d'une pneumonie et souffrait de malnutrition. Sa mère Samina s'est rendue dans un dispensaire voisin où le personnel de Save the Children a examiné son fils et a donné à la famille de la pâte d'arachide à forte teneur énergétique et des médicaments essentiels. En l'espace de 2 semaines, Ameer était guéri.

En formant plus de 200 auxiliaires médicaux et personnels de santé communautaires et en organisant des stages de perfectionnement tout au long du projet.

En formant les aides-soignantes qui ont dispensé des soins continus à plus de 2 800 nourrissons et mamans durant le premier mois après la naissance.

En dépassant notre objectif visant à accroître les compétences et les connaissances d'une vingtaine de membres du personnel évoluant dans un établissement de santé. La formation portait sur un large éventail de sujets, dont les compétences en matière de soutien au patient, les soins prénatals et les causes des saignements vaginaux (ainsi que les mesures de précaution associées).

En distribuant 3 527 kits d'accouchement aux auxiliaires médicaux et personnels de santé communautaires de la circonscription. Ces kits permettront aux mamans d'accoucher dans un environnement propre et sans danger.

En fournissant des médicaments et du matériel de première nécessité à 5 établissements de la circonscription.

En apportant notre soutien aux groupes de soutien des femmes et aux Comités sanitaires des villages qui, à leur tour, ont diffusé des messages sanitaires positifs à plus de 10 000 personnes chaque année.

En produisant une série de supports en langue locale visant à promouvoir les pratiques de santé dans la circonscription.

En sollicitant l'adhésion au projet des principales parties prenantes à différents échelons (tant au sein de l'État que dans d'autres organisations).

L'histoire de Zamin Ali

Gulnaz habite le village de Khan Banglani, qui est situé à l'ouest d'Umerkot. Elle a accouché d'un bébé prématuré, Zamin Ali, qui, au moment de sa naissance, souffrait d'une grave insuffisance pondérale, pesant moins de 8lbs. Heureusement, grâce à votre projet, une aide-soignante du nom de Farzana a rendu visite à la maman et à son bébé de façon régulière et lui a donné des conseils sur la façon de prendre soin de Zamin. Farzana lui a expliqué la technique d'allaitement maternel, la façon de garder son bébé au chaud, l'importance de différer le bain et le contact peau contre peau. Le poids de Zamin augmente désormais progressivement et sa mère se réjouit des progrès accomplis.

TOP